Le burn-out

Le burn-out, professionnel ou personnel, c’est avant tout un problème d’équilibre qui fait souffrir votre cerveau et épuise.

Un manque d’équilibre se créé dans notre cerveau, et donc dans notre corps : un problème d’équilibre qui s’appelle “stress” dans l’organisme et qui vient nous plonger dans un état conscient ou inconscient d’anxiété.

Parfois on ne s’en rend pas compte, ce sont nos proches ou l’entourage qui remarque que notre niveau de “vibrations”, notre attitude, notre irritabilité, notre regard, notre voix, n’est plus la même et qu’on est plus vraiment “dans son état normal”. Ne pas être dans son état normal, c’est exactement ce qui décrit le mieux le phénomène neurobiologique du stress : il y a rupture des équilibres qui permettent à notre cerveau et notre corps de fonctionner comme il en a (vitalement) besoin.

Or le burn-out, c’est une accumulation de stress, une trop forte et/ou trop longue situation de stress.

Il y a des “rush” ou “coups de stress” ou “de(s) période(s) nouvelle(s) particulièrement stressante(s)”* qui ne sont pas dangereux pour la santé à partir du moment où ces derniers sont temporaires : qu’ils ont une date de fin donné. Le cerveau, pour répondre à un rush, va mettre en place un certain nombre de processus biologiques pour nous aider, nous permettre d’aller plus vite, de mémoriser plus, d’agir et de réagir rapidement, de ne pas avoir faim car il faut tout donner pour autre chose. Le cerveau change la priorisation de ses tâches, par exemples “manger n’est plus la priorité car il faut travailler dur pendant XXX”, et le corps (et un certain nombre de choix) va alors suivre.. Par exemple : avoir une vie sociale n’est plus une priorité car prend du temps que l’on veut allouer à la priorité qui nous préoccupe tellement.

Le rush ou période de stress devrait donc avoir un objectif ou une date butoir pour permettre ensuite au cerveau de rééquilibrer la distribution de votre énergie en fonction de vos besoins vitaux, à la normal.

Il est donc essentiel d’avoir un moyen de pouvoir arrêter, mettre un terme ou un pause, à cette période stressante, pour que le cerveau ne rentre pas en souffrance de devoir maintenir à flot des processus anormaux, contre nature, qui risque de détériorer hygiène et qualité de vie.

Mais voilà, certains rush durent et deviennent des statuts quo….. c’est là que le danger commence. Quand les déséquilibres sont fait pour durer, malgré nous, malgré vous, malgré votre vie sociale, malgré vos besoins, c’est là que le burn-out va apparaître.

Un stress prolongé va avoir des conséquences sur vos défenses immunitaires : vu que la cause de votre stress est votre priorité, allouer de l’énergie à vos défenses immunitaires n’est pas la priorité indiquée à votre cerveau par vos choix, donc la souffrance inconsciente de votre cerveau va grandir au fur et à mesure que le temps passe.

A un moment donné, il va y avoir, à un moment inattendu, une rupture. Cette rupture va se matérialiser par un syndrome physique ou un syndrome mental : cette rupture s’appelle le burn-out. En fonction de la violence de cette rupture, les conséquences sur la santé sont plus ou moins dangereuses.

Cette rupture va créer un déficit de sa confiance en soi, car on s’en veut de ne pas avoir écouter les signaux que le cerveau a envoyé dans notre corps ou dans nos pensées, ou de ne pas avoir suivi des conseils.

Cette culpabilité, associée à ce manque de bienveillance avec soi-même qu’on ne sait plus rétablir, remet en question nos capacités à être et à faire. Alors voilà, que faire après ?

Et bien, renouer avec soi-même. Repartir sur ses fondements.

To do list en 2 étapes :

1/ Reprendre le temps de se connaître, de se comprendre.

2/ Pourquoi se comprendre ? pour pouvoir se faire du bien : savoir ce qui nous fait plaisir, ce qui nous fait vibrer, sourire, aimer, être gourmand, se réjouir. Et à l’inverse, qu’est ce qui est un frein à mon plaisir.

La notion de plaisir mène à la notion de bonheur et passe par la reprise de confiance sur “qui nous sommes”. Répondre à ces questions fondamentales d’identité nous permet, pour nous et pour les autres, de se rassurer sur sa place dans ce monde, vos buts, vos choix.

★ Pour vous, les neuroscientifiques Art For Science sont là, à votre écoute, pour vous proposer des vidéos pour comprendre les phénomènes neurobiologique de la confiance et vous permettre d’identifier ce dont votre cerveau à besoin pour vous faire reprendre une vie saine. Découvrez le programme Confiance, vous allez y arriver (avoir lu cet article est déjà une solution, bravo à vous) : https://www.artforscience.eu/programme-confiance/

  • “de(s) période(s) nouvelle(s) particulièrement stressante(s)”* : un évènement / un changement / ou encore la parentalité, qui est bien sûr concerné : le phénomène de burn-out parental existe bel et bien avec le stress d’un nouveau-né dans sa vie ou de l’accompagnement d’un enfant(s)
Posts created 25

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
fr_FRFR
fr_FRFR en_USEN